Comme un murmure

Comme un murmure

La vie… Qu’est-ce que la vie ? Si ce n’est qu’un enchaînement de journées parfois heureuses et parfois tristes. Une succession d’évènements qui à première vue se ressemblent tous. Naître, grandir, étudier, avoir un diplôme, fonder une famille, profiter de ses cinq semaines de vacances annuelles, tout en rêvant de quelque chose de plus fort, jusqu’à la fin de nos jours.

Il ne s’agit là qu’une définition succincte et brève de la vie. Je crois que la vie c’est saisir les plus belles opportunités qui s’offrent à nous, rechercher l’aventure, vivre avec passion et surtout s’enivrer d’émotions. La vie, c’est Vivre !

Me voici ici dans les rues de Varsovie, la capitale de la Pologne.

Il y a dans Varsovie trois facettes, trois univers ou pour être plus clair, trois villes en une. Il y a la vieille ville qui à gardé son authenticité car elle n’a pas été touchée par la guerre. Il y a la nouvelle ville qui fut entièrement reconstruite après la guerre, neuve et très moderne. Et la ville d’après guerre où je me trouve actuellement, une ville reconstruite à l’identique de ce qu’elle fut avant la guerre. Reconstruite grâce aux plans architecturaux d’origines.

J’aime beaucoup Varsovie par son architecture, sa couleur et par ce qu’elle peut nous apprendre de l’histoire de ce dernier siècle. Je pense que la Pologne est bien placée pour ça. Malgré une histoire très sombre dû à la seconde guerre mondiale, on peut voir au travers Varsovie que ce pays ne s’est pas laissé abattre, mais bien au contraire, a tout mit en œuvre pour se reconstruire et continuer d’avancer.

Ce sont dans ces rues pleines d’histoire, colorées, inspirantes et touchantes que j’avance progressivement à la recherche d’une pépite photographique. Quelque chose d’encore plus fort émotionnellement que ce que je suis déjà en train de vivre. Quelque chose qui me parle particulièrement et qui me conduira encore un peu plus loin dans mon voyage.

C’est à ce moment précis que j’entendis au loin comme un murmure dans les rues voisines le son d’un instrument, un violon. En tant que musicien j’aime écouter la musique et la découvrir. Même quand il s’agit de l’écouter dans la rue sans artifices et sans projecteurs pour accompagner l’artiste ou même une grande foule qui t’emporte dans une ambiance folle.

C’est alors qu’après quelques rues parcourues, je suis tombé face à cette situation. Au bout d’une ruelle étroite très inspirante soit dit en passant avec une lumière venant du haut pour apporter la lumière et des ombres à ma photographie, se trouve cette violoniste qui se faisait entendre jusque dans les rues les plus éloignées.

Me voici ici dans une ruelle de Varsovie, seul avec mon appareil photo, pour saisir cet instant unique où l’artiste se livre et offre ses émotions au travers sa musique. C’est à ce moment précis, dans une mélodie de Vivaldi que je décide d’immortaliser cette œuvre pour le raconter à mon tour. A vous d’en saisir tout son sens.

Partager cet article
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
×

Panier